Avec la téléconsultation, l’e-santé est en marche

Avec la téléconsultation, l’e-santé est en marche

– Article rédigé le par - 51

Comme quasiment tous les domaines de la vie quotidienne, celui de la santé semble appelé à franchir le virage du numérique. Télésanté, télémédecine et m-santé, tous les secteurs devraient être impactés par cette évolution. Depuis le mois de janvier, l'Assurance maladie et les syndicats de médecins ont entamé des négociations sur la télémédecine, un secteur que le le gouvernement souhaite ajouter à la liste des actes remboursés par la Sécurité Sociale au niveau national.

Des négociations qui ont rapidement abouties puisque, depuis le 15 septembre, il est désormais possible en France de bénéficier d’un acte de téléconsultation remboursable par l’Assurance Maladie.

Vers 1 million de téléconsultations en 2020

La mise en place de la télémédecine en général (1), et de la téléconsultation en particulier, est un enjeu clé pour l’amélioration de l’organisation du système de santé et l’accès aux soins pour tous les assurés sur tout le territoire, est-il ainsi indiqué sur Ameli, le site de l’assurance maladie en ligne. Selon les prévisions du gouvernement, il devrait y avoir environ 500 000 actes de téléconsultation en 2019 et 1 million en 2020.

Ces téléconsultations devraient permettre une prise en charge et un suivi plus rapide, en évitant que des patients renoncent à des soins car ils ne trouvent pas de médecins spécialistes ou à cause de délais de prise en charge trop longs. La télémédecine constitue aussi un moyen de limiter pour les patients les déplacements inutiles ou le recours aux urgences. Dans certaines situations, cela peut éviter des hospitalisations et des ré-hospitalisations.

Via un ordinateur, une tablette ou un smartphone, équipés d’une webcam

Concrètement, à quoi ressemble une téléconsultation ? C’est une consultation réalisée par un médecin (généraliste ou de toute autre spécialité médicale), à distance d’un patient. Cette consultation doit nécessairement se faire par vidéo (via un ordinateur, une tablette ou un smartphone, équipés d’une webcam) pour être prise en charge par l’Assurance Maladie.

Tout le monde peut bénéficier de cette téléconsultation et toutes les situations médicales peuvent a priori être concernées. Mais le médecin est le seul à déterminer si la consultation est réalisable à distance car certaines situations (douleurs abdominales, otite…) imposent la présence physique du patient.

Parmi les autres “obligations”, les patients doivent bien sûr être connus des médecins réalisant des actes de télémédecine afin que ces derniers disposent des informations nécessaires à un suivi de qualité. Ainsi, au moins une consultation physique (au cabinet, au domicile du patient ou dans un établissement sanitaire) doit avoir eu lieu avec ce médecin au cours des 12 mois précédant la téléconsultation. Cette téléconsultation est facturée par le médecin au même tarif qu’une visite classique chez son médecin.

Doctolib se positionne sur le marché

Depuis l’instauration de cette téléconsultation, le géant de la prise de rendez-vous médical en ligne Doctolib a officialisé son entrée prochaine sur ce marché appelé à se développer. La téléconsultation est un "prolongement naturel" de Doctolib, a expliqué le groupe dans un communiqué.

Proposant déjà à à quelque 60 000 professionnels de santé en France ses services de prises de rendez-vous médicaux sur internet et revendiquant 20 millions de visites de patients par mois sur ses plateformes présentes en France et en Allemagne, Doctolib va ainsi intégrer à sa plateforme existante une formule test auprès de 500 praticiens partenaires, avant de devenir accessible à tous les professionnels de santé utilisateurs de ses services à partir du 1er janvier 2019.


(1) Le texte qui met en place le remboursement de la télémédecine créé 2 catégories d’actes : des actes de téléconsultation et des actes de téléexpertise, permettant à un médecin de solliciter un confrère en raison de sa formation ou de sa compétence particulière. La téléexpertise entrera en vigueur en février 2019.

Catégories :
FRANCE INNOVATION