Comment respecter l’environnement avec son smartphone (1/2)

Comment respecter l’environnement avec son smartphone (1/2)

– Article rédigé le par

L’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) rappelle que le téléphone portable a des effets particulièrement nocifs pour l’environnement (½) mais propose aussi des solutions simples pour les limiter (2/2).

Protéger quotidiennement l’environnement, c’est souvent une question de bons sens. Et il existe mille et une façons de mettre en pratique quelques gestes simples pour y parvenir. Comme éteindre les lumières et les appareils inutilement allumées, notamment quand on quitte une pièce, sa maison ou son bureau, éteindre aussi son ordinateur et son écran à la fin de la journée, et débrancher tous les appareils électriques qui consomment de l’électricité en mode veille, chauffer sans excès, utiliser une douche plutôt qu’un bain… Et pour son smartphone ? Car oui, plus que jamais, le téléphone portable fait partie des objets parmi les plus nuisibles pour notre planète.

7 milliards de smartphones vendus depuis 2007

Et quand on sait que quelque 7 milliards de smartphones ont été vendus dans le monde depuis 2007, il est temps de s’en préoccuper. Car ce petit objet devenu indispensable pour le commun des mortels est particulièrement nocif pour l’environnement, de l’extraction des minerais nécessaires à sa fabrication, jusqu’à son transport, son utilisation et sa fin de vie.

Selon d’Ademe (L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), il faut environ 70 matériaux différents pour fabriquer un smartphone, dont une cinquantaine de métaux rares et précieux qui deviennent de plus en plus compliqués à exploiter. Ces matériaux sont présents en petite quantité et leur alliage parfois complexe rend nombre d’entre eux difficiles à recycler. Les principaux impacts environnementaux des smartphones sont donc l’épuisement des ressources, les atteintes à la biodiversité dues aux rejets toxiques dans l’environnement et les émissions de gaz à effet de serre.

De la fabrication à la distribution, quatre tours du monde

La fabrication d’un smartphone (de l’extraction des minerais à l’assemblage final) est responsable d’environ trois quarts de ces impacts, qui sont en grande partie imputables à l’écran et aux composants électroniques complexes (microprocesseurs, etc.). La distribution et l’utilisation du smartphone ont un peu moins d’impacts. Ils sont essentiellement liés à l’énergie consommée pour le transport et la production d’électricité. Il n’empêche, l’’ADEME rappelle qu’il faut environ quatre tours du monde pour fabriquer un smartphone, entre la fabrication, l’assemblage, la conception et la distribution.

Enfin, l’étape de la fin de vie a des impacts variables selon que le smartphone est recyclé ou non. Or, on estime à 30 millions, le nombre de smartphones qui dorment dans nos tiroirs en France. Alors que faire ? Nous verrons que l’Ademe fournit aussi des conseils pour agir...

Catégories :
HIGH-TECH TéLéPHONIE MOBILE