Smartphone au volant, mort au tournant !

Smartphone au volant, mort au tournant !

– Article rédigé le par

Certes, la phrase est provocante. Mais pas loin de la triste réalité. Plus personne ne lâche son téléphone portable, même pour conduire. Un comportement pourtant très dangereux. Selon une étude américaine, envoyer un SMS au volant multiplie ainsi par 23 le risque d’avoir un accident.

Et le smartphone serait impliqué dans un accident sur dix, selon des chiffres publiés par la Sécurité routière. Ce terrible constat est corroboré par la dernière étude de l’association professionnelle des sociétés françaises d’autoroutes. Menée sur un panel de 1 500 personnes et publiée le 26 juillet dernier, l’étude de l’AFSA démontre la généralisation de l’usage du smartphone au volant.

Un conducteur sur trois (le plus souvent jeune) admet utiliser son smartphone au volant, pour passer des appels ou encore envoyer des SMS. Le résultat de ces comportements est dramatique : l’inattention due au téléphone a ainsi été relevée dans près de 14% des accidents mortels sur autoroute en 2018. Et même s’ils en sont conscients (neuf personnes interrogées sur dix reconnaissent que leur temps de réaction est plus lent), ils continuent à l’utiliser.

Comment y remédier : un durcissement des sanctions

Comment remédier à ce fléau ? Car il est vraiment temps de mettre un sérieux coup de frein à cette pratique, le paradoxe étant que, toujours selon l’étude de l’ASFA, les automobilistes français réclament à 76 % un durcissement des sanctions, 80% même selon un sondage réalisé par l’assureur Allianz.

Les Français pensent à leur sécurité mais aussi à leur son porte-monnaie… Regarder un e-mail, téléphoner (sauf via une connexion Bluetooth) coûte en effet une amende de 135 euros d’amende et un retrait de 3 points. Et le gouvernement, dans le cadre de son plan de sécurité routière, compte aller plus loin dans la répression.

Ainsi, téléphoner au volant de manière concomitante à l’établissement d’une infraction fixée par décret au Conseil d’État serait passible du retrait du permis du conducteur à titre conservatoire.

En Australie et en Angleterre, on sévit

Comme font les autres pays pour lutter contre le téléphone au volant ? En Australie par exemple, les caméras de surveillance de Sydney se chargent de traquer les irréductibles distraits par leur smartphone. Lors d’une première phase de test, pas moins de 11 000 conducteurs ont ainsi été filmés avec leur téléphone au volant.

En Angleterre, la police du comté de Birmingham a elle mis en place des contrôles effectués directement depuis un fameux "double decker", les anciens bus à étage qui font toujours le folklore de Londres. Les agents de police prennent tranquillement place, en civil, à l'étage supérieur du bus et disposent d'un matériel d'enregistrement vidéo.

Une fois l'infraction repérée, ils préviennent tout simplement des agents à moto qui se chargent d'interpeller le conducteur...

Catégories :
TéLéPHONIE MOBILE